Return to site

Description Physique

Des tartines de Chambralles

Une ancienne carrière de grès famennien

Cet ensemble de carrières contiguës entaille le haut du versant droit du vallon du ruisseau du Fond de Longuègne, presque à son débouché dans la vallée de l'Amblève (le site débute à une centaine de mètres de l'Amblève). Il s'étend à l'est de la route montant du pont de Martinrive jusqu'au hameau de Chambralles.

Un chantoir ("chantoire" noté sur la carte I.G.N. - 1976 et 1989) où disparaît le ruisseau précité se trouve au pied de la pente de haldes à l'extrémité sud du périmètre de la carrière, en bordure du chemin forestier; ce chantoir - s'il s'agit bien de cela et non du début d'une canalisation souterraine au niveau de la carrière - n'est toutefois pas indiqué sur la carte de l'AKWA-Liège. Deux sources sont notées au pied de la pente de déblais de part et d'autre du chemin.

On y a extrait du grès famennien de la Formation d'Evieux (grès en partie calcareux).

Ce site, relativement étendu, est aisément accessible à partir de la route montant du pont de Martinrive jusqu'au hameau de Chambralles, la pente de haldes étant encore exploitée. Il comprend deux secteurs voisins:

-  les haldes, très abondantes, sont réparties autour des excavations. Les zones les plus importantes, formant des éboulis instables plus ou moins ouverts, sont localisées vers l'ouest, vers la petite route. La partie basse de celles-ci a fait l'objet de prélèvements qui ont encore lieu actuellement. Le replat surmontant la pente de haldes montre une topographie irrégulière et est par endroits envahi de ronces et d'arbustes. Suite aux prélèvements de haldes par le bas, cette zone intéressante par la présence de lambeaux de pelouses pionnières devient de plus en plus étroite. Sur ce replat se dresse un pylone électrique (passage d'une ligne électrique); des vestiges peu distincts d'une ancienne infrastructure y subsistent. D'autres lambeaux de pelouses se trouvent de part et d'autre du chemin de promenade qui traverse la zone des haldes. Vers le sud, la pente de déblais donnant vers le chantoir est intacte et assez riche en fougères. Les haldes disposées vers l'est sont boisées.

-  le site d'extraction proprement dit est composé de plusieurs excavations allongées dans l'axe est-ouest, séparées par des crêtes étroites d'accès plus ou moins difficile. L'excavation nord est la plus grande, la moins ombragée et la plus fréquentée; son chemin d'accès est bordé de lambeaux de murs de soutènement. Elle est limitée par des falaises élevées (plus de 25 m) et presque verticales (pendage de 85°). Un sentier permet d'atteindre les différents diverticules, en forme de tranchées profondes et étroites, aux parois subverticales. L'exploitation du grès a en effet été conduite en tentant au maximum de laisser en place les bancs non utilisables (schiste, siltite et dolomie) (Fiche ULg, 1994), ce qui explique la dénomination 'Tartines' attribuée au site (sur le panneau indiquant le classement du site). Les excavations sont boisées; des éboulis sont visibles à différents endroits, notamment au fond des étroites tranchées.

Fréquentation: Le site est fréquenté par les promeneurs: un chemin de promenade (vers Raborive) longe le site au nord et à l'est; de ce chemin partent plusieurs sentiers qui pénètrent dans différentes excavations, certains grimpant jusqu'aux crêtes entre celles-ci.

Présence de déchets: Quelques déchets épars dans la partie basse, aisément accessible à partir de la route montant du pont de Martinrive vers le hameau de Hoyemont.

Environnement du site: Le site jouxte le versant abrupt de la vallée de l'Amblève vers le nord, des terrains agricoles (prés) vers l'est, des bois vers le sud et d'autres sites d'extraction ou de stockage de haldes vers l'ouest, de l'autre côté de la route Martinrive-Hoyemont.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly